Blog

L’opération « Campus grand parc » suscite le débat

08Mar
  • L’opération « Campus grand parc » suscite le débat

Perspective-Campus

D’ici 15 ans, le quartier autour de l’Institut Gustave Roussy, à Villejuif, aura été profondément transformé. Il était normal que ce projet d’aménagement suscite des interrogations chez les riverains.

Un débat franc et direct. C’est à cela que les Assises citoyennes de Campus grand parc ont ressemblé. Et c’était bien leur but. Car il va de soi qu’un projet aussi vaste ne peut que susciter des interrogations parmi la population. Il fallait donc que le dialogue ait lieu avec les responsables, élus, aménageur, architecte.

L’opération prévoit d’aménager 72 hectares de terrain au pied de l’Institut Gustave Roussy IGR, installé à Villejuif, au sud de Paris. Labos, entreprises, centres de formation, logements, services, commerces vont s’étaler au pied de cette institution de lutte contre le cancer mondialement connue. En tout, des centaines de milliers de mètres carrés vont être construits.

De quoi redonner sa fierté à cette zone historiquement délaissée, reléguée, qui a toujours été mise au service de son imposante voisine, Paris, pour accueillir les équipements dont elle ne voulait plus, usines, hôpitaux… Voici que ce quartier va, pour la première fois, prendre en main son destin. C’est du moins le but que poursuivent les donneurs d’ordre, la Ville de Villejuif et la communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre, qui y voient une chance historique.

L’aménageur, SADEV 94, ne prévoit pas de faire appel aux subsides publics pour réaliser l’opération. Celle-ci s’autofinancera par la vente de droits à construire. Il faut dire que le secteur devrait prochainement connaître une forte attractivité. A deux pas de l’IGR doit sortir de terre une gare de métro qui se situera au croisement de deux lignes importantes, la prolongation de la ligne 14 jusqu’à Orly et le futur Orbival qui fera le tour de la capitale.

Les questions, parfois les inquiétudes, ont notamment porté sur l’avenir des jardins familiaux, qui seront pourtant intégralement préservés, ou de deux cités riveraines qui feront l’objet d’une opération de rénovation encore à définir.

Les Assises citoyennes se sont tenues en deux temps, les 11 et 18 février derniers.

Mon commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


1 + = huit

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.